• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 novembre 2011

la diversité de la diversion

12112011

De  nombreux candidats issus de l’immigration maghrébine, africaine ont été élus mais généralement à des postes de conseillers et d’adjoints mais  rarement de maires. On perçoit ici les limites de la diversité en politique : les « Arabes » et les « Noirs » sont tolérés dans les instances de pouvoir mais le « véritable pouvoir » (maires, députés, présidents de conseils généraux, etc.) ne leur revient jamais. Bref, juste ce qu’on appelle de la « diversité cosmétique », voire de « diversité homéopathique », et donc une diversité injectée à très petite dose dans le système politique français pour ne pas remettre en cause les positions acquises par les notables!!!!! Et disons le, la « diversité » n’est en fait qu’une forme de « discrimination positive » qui ne dit pas son nom. Les responsables politiques français éprouvent une certaine « pudeur républicaine » à parler de « discrimination positive », alors ils préfèrent employer des formules voilées telles que « diversité » : c’est plus « doux » et plus « exotique » et ça choque moins les oreilles chastes. Depuis plusieurs années, on observe un véritable effort de lutte contre toutes les discriminations en France. On assiste à une certaine  prise de conscience d’une forme de discrimination qui se traduit par l’absence, ou le faible taux, de leaders politiques parmi les Français issus de l’immigration maghrébine ou noire africaine, alors que ces populations sont présentes dans les rangs des partis politiques depuis de longues années. D’où une volonté d’injecter une certaine dose de « diversité » dans la classe politique comme pour se déculpabiliser ou pour répondre à un impératif moral de lutte contre les discriminations. Parce que, si vous regardez de plus près, la classe politique française, aujourd’hui, est encore très masculine, très blanche et grisonnante, loin de refléter la diversité sociologique de l’électorat français. Il n’y a qu’un secteur de la politique qui fait salle comble, à savoir celui des conseillers municipaux ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Mais le système est tel que le vrai pouvoir local est détenu par le maire. Or, on observe que l’évolution du nombre de conseillers municipaux Noirs ou Arabes, n’est pas accompagnée par une évolution à la hausse des maires dits de la « diversité ». Cela laisse, au final, un bilan assez mitigé pour ne pas dire décevant. Alors que ceux qui pensent avoir « INTEGRE »le système, je pense que vous en êtes encore très loin ! 

Bref, nous sommes victime non pas de racisme (c’est ce que beaucoup pensent !!!) mais plutôt de placisme, c’est-à-dire d’une guerre pour conserver sa place ! Nos politiques sont très conservateurs : ils refusent de lâcher facilement leurs privilèges politiques et font tout pour se cramponner à leurs postes. Notre système politique fonctionne un peu comme une « monarchie républicaine », avec son roi (le président) et sa cour (les notables) et son opposition officielle (qui est, elle, aussi formée de notables). Les élites politiques françaises ne quittent pas facilement leurs postes, y compris pour d’autres candidats du même camp et du même profil alors pour nous, faut pas rêver !!!. La bataille pour une « diversité démocratique », qui ne soit pas simplement « exotique » ou « cosmétique », suppose donc une réforme profonde des institutions (lutte contre le cumul des mandats, instauration d’une représentativité territoriale au profit des quartiers populaires, poursuite de la bataille de la parité…) et une véritable révolution des mentalités politiques : arrêter une fois pour toute de considérer les Français issus des migrations maghrébines, africaines et turques comme des « divers », des « marginaux » de la politique et les considérer comme des citoyens comme les autres. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la vraie diversité, c’est précisément de briser le « ghetto de la diversité » et de promouvoir une égalité effective de tous les citoyens. Arrêtons d’employer des notions et des concepts « à la mode » au risque de  nous voir « ENFERMER »  dans des « cases ethniques », en laissant supposer que
la France est composée de « légitimes » (les « bons Français ») et d’illégitimes (les divers). 
Je le dis, comme l’intégration, la diversité est un concept de régression mentale, intellectuelle et politique qui sauve les apparences d’égalité sans résoudre les véritables problèmes de discriminations. 

Abbes.







Un RIC pour une AC |
psyco-politick |
Le blog de Luc GEISMAR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Front National des Bouches ...
| rcdcanada
| agirpourleloroux