Représentativité des gens des quartiers populaires

30 10 2011

     A l’origine , il y a une volonté de témoigner ce que je suis par un « engagement citoyen » pour plus de dignité, de justice et de solidarité. Donc une sorte de prise de conscience de la nécessité de devenir un authentique citoyen participant aux dynamiques sociales et politiques de la société française.Donc,un interêt à la promotion de cette culture de la citoyenneté dont on semble ignorer toute l’importance, tous les enjeux. En effet, « Citoyenneté » et « habitant de quartier » sont deux notions différentes et inconciliables. Puisque  pour la classe politique, le quartier est un lieu qui n’existe que par des relations amicales, particulières et sociales alors que la citoyenneté est le haut lieu du droit, de la politique et de l’universalisme. Ainsi, un habitant de quartier serait incapable de s’élever au niveau de la politique car il est inévitablement attiré, limité par ses attachements au quotidien ! Et on a donc fait des mots « local » et « quartier » des espaces mythiques des relations humaines où tous les habitants se connaissent et se saluent tous. C’est pourquoi, suivant ce raisonnement, les politiques attribuent des compétences spécifiques aux habitant de quartier à condition bien entendu que les revendications restent dans la sphère de la convivialité et du local. Ils ne parlent donc ni de politique et surtout n’ont pas d’opinions divergentes ! 

Nous sommes donc infantilisé puisque selon la classe politique, dès que nous sommes dans notre quartier, nous ne sommes pas capable pour ne pas dire incapable ni de penser, de réfléchir aux problèmes communs dans une optique politique et encore moins d’apporter une contribution quelle qu’elle soit à la discussion. Cependant, certains décident alors de rejoindre la gauche mais prennent malheureusement plus ou moins tard ou tôt  conscience qu’il n’y a pas de politique ni d’immigration ni d’intégration au PS… En effet, la gauche n’a pas pu ou pas su répondre à la question : Comment être de gauche dans cette mondialisation ? Or, l’immigration ainsi que l’intégration ne sont que la traduction de cette mondialisation. Ainsi, le PS n’a jamais ouvert le débat et a donc montré son incapacité à concevoir le monde tel qu’il est aujourd’hui, on se retrouve donc avec une gauche tétanisée sans plus ni dynamique ni débat, un parti devenu donc conservateur alors que démocratie rime avec échange et contradiction  et cela est de plus en plus dénoncé notamment par de nombreuses personnalités de gauche ! Et bien entendu, les habitants des quartiers populaires n’acceptent plus la  démagogie de cette pseudo gauche  qui depuis des décennies nous caresse dans le sens du poil à travers notamment les couscous- merguez,thés à la menthe « alibi idéal » pour vanter la « tolérance » et le « vivre ensemble » à condition que cela se passe la bas,dans les cités,loin des salons où se préparent les carrières politiques et où s’offrent les investitures !Et encore nous  ne nous étaleront  pas ce soir sur la longue et triste histoire qui lie le PS et tout le  folklore associatif … Quant à la droite, des progrès ont en effet été réalisés notamment à travers ce fameux concept de discrimination positive. Cependant, nous estimons non seulement que la juxtaposition des deux termes pose problème mais surtout que cela met tout simplement en évidence le déficit égalitaire de ce que c’est ! Cette discrimination cache la discrimination réelle, ce n’est qu’un symbole jouant sur l’affectif mais qui en réalité n’est que le zéro de la politique réelle ! Non, messieurs dames, nous ne voulons pas plus de chance que les autres mais tout simplement la même chance que les autres et ensuite la méritocratie doit jouer son rôle. 

Nous sommes donc contre tous ces concepts  de quotas ethniques car ils ne modifient en rien la situation et résolvent encore moins les problèmes en profondeur ! Nous concevons cependant que les personnes qui espèrent en bénéficier lui confèrent un espoir d’intégration. Mais prenons garde au fait que la classe politique se permettra alors avec un certain culot de nous faire alors remarque que la république fonctionne puisque tu es la ! Oui nous sommes lassés  malgré toutes nos tentatives d’intégration de nous apercevoir qu’il y a 0,81% de parlementaires issus de la diversité alors qu’un sondage commandé par l’institut  Montaigne pour l’institut CSA montre que 85% des français sont prêt à voter pour un candidat issu des minorités visibles !       Bref, la question est posée : « Faut-il être blanc pour être élu ? »  Tous les responsables politiques, toutes tendances confondues s’accordent pour reconnaître, même dénoncer l’absence  de couleurs notamment à l’assemblée nationale et la main sur le cœur jure qu’il y en aura dans la prochaine législature…
Malheureusement, lorsque l’on regarde de plus près on se retrouve finalement avec une « assemblée grisonnante de vieux grisous grisés par le pouvoir »comme le disait si bien Alphonse Allais. 
  J’espère que ce site  contribuera à motiver l’importance de cette participation à vie citoyenne. 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Un RIC pour une AC |
psyco-politick |
Le blog de Luc GEISMAR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Front National des Bouches ...
| rcdcanada
| agirpourleloroux